Optimisme des professionnels sur l’avenir du marché immobilier

D’après une récente enquête réalisée par Crédit Foncier/CSA, 78 % des professionnels du secteur de l’immobilier se déclarant optimistes en ce qui concerne l’avenir du marché. Il faut souligner que dans une enquête effectuée 4 mois plus tôt, ce taux était déjà de 74 %. Cela souligne que les acteurs de l’immobilier voient de plus en plus leur avenir en rose et que la crise qui a durement touché le secteur semble désormais faire partie du passé.

PTZ assouplie et taux de crédit bas   

L’entrée en vigueur le 1er janvier dernier de la version assouplie du Prêt à taux zéro (PTZ) ainsi que le taux historiquement bas de l’emprunt immobilier constituent les principales explications de cet optimisme. Aussi bien promoteurs immobiliers que lotisseurs, gestionnaires de patrimoine, constructeurs de maisons individuelles qu’agents et courtiers immobiliers sont unanimes. La faiblesse des taux du credit immobilier constitue pour 94 % d’entre eux la cause de leur optimisme.

Les conséquences du Prêt à taux zéro (PTZ) élargi représente également pour 72 % des personnes interrogées une source d’optimisme quant à l’avenir de leur secteur. Par ailleurs, 66 % des sondés tablent sur une stabilisation des prix dans l’immobilier neuf. Dans l’ancien, ce pourcentage s’abaisse à 52 % des personnes ayant participé à l’enquête.

Un optimisme pour l’année à venir    

Ce bel optimisme des professionnels du secteur immobilier concerne également les 12 prochains mois. Ils sont en effet 78 % à garder leur confiance pour cette période alors que ce pourcentage était de 67 % en début d’année 2016 et de 59 % il y a une année. C’est encore le niveau historiquement bas du taux de prêt immobilier qui nourrit cette confiance des acteurs de ce secteur.

D’ailleurs, une autre étude effectuée par Meilleurtaux.com démontre que 2016 est effectivement l’année où il faut investir dans la pierre. En effet, le courtier a calculé dans 37 villes françaises au bout de combien de temps un achat immobilier de 70 m² peut se révéler gagnant sur le plan financier. Le résultat est que dans 27 des 37 villes, il faut attendre 3 ans au maximum pour y parvenir.

Les taux de crédit immobilier bas favorisent le secteur de la construction

Le secteur de la construction a traversé une longue crise et se trouve maintenant en pleine convalescence. D’après les chiffres publiés par le ministère du Logement et de l’Habitat durable, la reprise se poursuit au mois d’août 2016 pour le secteur qui a été durement éprouvé. Ainsi, le second trimestre 2016 a enregistré une augmentation de 5 % du nombre de logements autorisés à la construction par rapport au premier trimestre de la même année. La baisse quasi-permanente du taux de credit immobilier constitue l’une des explications de cette embellie.

Un renforcement de la santé du secteur       

La Fédération Française du Bâtiment (FFB) constate que l’accélération de la reprise de l’activité dans le secteur de la construction continue depuis la fin de l’année 2015. Il semble donc que les mesures prises par le Président de la République produisent les effets attendus. En effet, les autorisations de mise de chantier se sont accrues de 6,6 % pour la période juin jusqu’à août 2016 par rapport à l’année précédente. En tout, il a été délivré 417 800 autorisations de mise de chantier en une année.

La même vitalité est observée en ce qui concerne la phase de commercialisation. Les indicateurs du Commissariat général au développement durable (CGDD) font état d’une certaine relance au 2ème trimestre 2016. Une hausse de 18,7 % est ainsi enregistrée sur les réservations par rapport aux chiffres de la même période en 2015.

Le crédit immobilier pour dynamiser le secteur

Souscrire un emprunt immobilier permet par conséquent de construire le logement de ses rêves, et ce, à un taux particulièrement avantageux. Il suffit pour cela de comparer les différentes offres en la matière et de s’adresser à l’établissement qui présente celle qui est la plus intéressante.

Il en est de même pour ceux qui souhaitent acheter un logement qui répond à leurs exigences. La vente de plus de 110 000 logements en un fera du bien à tous les acteurs du secteur. Rappelons que cela représente une hausse de 15,4 % comparé à 2015 ou encore de 24,2 % par rapport au 2ème trimestre 2015.

Améliorer son profil pour obtenir un crédit immobilier

Avec le taux historiquement bas affiché par le credit immobilier cette année 2016, il serait dommage de ne pas en profiter. Il faut savoir que disposer d’un excellent dossier permet d’obtenir des taux d’emprunt immobilier encore plus intéressant. En effet, les banques recherchent ces bons profils qui présentent le moins de risques pour elles. Il est donc conseillé de bien ficeler son dossier afin d’obtenir un bon « scoring » auprès des établissements de crédit. De cette façon, l’emprunteur multiplie ses chances de se voir accorder un prêt immobilier avec d’excellentes conditions.

Soigner son profil

Pour décrocher un emprunt immobilier avec les meilleurs taux possibles, l’idéal est d’avoir un bon profil. En effet, les banques utilisent la méthode de « scoring » pour noter le dossier de chaque candidat à un prêt. Ainsi, chaque critère qualitatif équivaut à une notation dont le total permet de déterminer le niveau de risque de l’emprunteur. Pour avoir un bon « scoring » donc, il faut veiller à ce que son taux d’endettement ne dépasse pas 33 % de l’ensemble de ses revenus.

Avoir un apport personnel conséquent constitue également un critère favorable pour l’attribution d’un credit immobilier. Il en est de même en ce qui concerne la stabilité de l’emploi. Un contrat en CDI depuis plus d’un an représente un plus, dans un contexte où la précarité de l’emploi est de plus en plus présente. Enfin, avoir un comportement financier exemplaire est recommandé. La lecture des trois derniers relevés de compte constitue une mine d’informations pour la banque à ce sujet.

Chercher un investissement rentable    

Le fait d’avoir opté pour un projet immobilier rentable va influencer la banque à accorder un prêt immobilier. Il est donc préférable de choisir un appartement bien situé en centre-ville qu’une vieille maison à la campagne qui nécessite de lourds travaux.

Par ailleurs, il vaut mieux éviter de souscrire un emprunt immobilier pour une durée supérieure à 20 ans.  En effet, le taux d’intérêt n’est généralement plus intéressant pour cette durée, ce qui alourdit inutilement le coût du crédit.

Crédit immobilier : le moyen de réaliser les rêves des 18 à 29 ans

Depuis 2011, le taux du credit immobilier n’a jamais cessé de baisser.  C’est encore le cas pour cette année 2016 où la chute des taux s’est poursuivie. Selon le courtier Meilleurtaux.com, le taux moyen actuel sur une durée de 15 ans peut descendre au-dessous de 1 %  pour les bons dossiers contre 1,90 % en mai 2016.  Opinionway a réalisé un sondage auprès de 18 à 29 ans pour connaitre leurs aspirations en matière immobilier.

Acquérir un logement pour ne plus payer de loyer

Plus de 70 % des personnes interrogées veulent devenir propriétaires afin de ne plus avoir à payer de loyer. Par ailleurs, 65 % des jeunes de 18 à 29 ans considèrent que l’achat d’un logement constitue un bon investissement et 19 % pensent même en faire un investissement locatif. La souscription d’un emprunt immobilier représente donc pour ces jeunes la solution idéale pour accéder à la propriété.

Selon l’Observatoire Crédit Logement /CSA, depuis le début des années 2000,  le taux de credit immobilier a été divisé par 4. Cette baisse quasi-continue joue en leur faveur puisqu’elle leur permet d’envisager d’acquérir leur première maison dès la trentaine révolue. Près de 54 % des personnes interrogées dans le sondage Opinionway souhaitent acheter leur premier logement entre 30 et 35 ans.

Un logement confortable et connecté    

Pour ces jeunes des générations Y et Z, la priorité est d’abord d’acquérir une maison avec leur prêt immobilier. L’idéal est qu’elle soit avec jardin et qu’ils aient pu l’acheter à un prix abordable. Le quatrième critère de sélection de ces 18 à 29 ans est que le logement dispose d’une belle superficie. Enfin, les personnes interrogées mettent également en avant le niveau de sécurité dans le choix de leur future acquisition immobilière.

En tout cas, ces jeunes souhaitent que la connectivité soit présente dans leur nouveau logement. Et pour concrétiser tous ces rêves, le recours à un emprunt immobilier est généralement indispensable. En effet, les jeunes ne disposent pas de suffisamment d’épargne pour acquérir un bien immobilier. Et surtout, le taux de crédit actuel pousse à emprunter pour investir dans la pierre.

Crédit immobilier : le profil de l’emprunteur en octobre 2016

Selon Jean-François Robin de chez Natixis, ce serait une erreur financière de ne pas emprunter aujourd’hui, tellement le taux du credit immobilier est bas. D’après les chiffres publiés par Crédit Logement, le taux moyen hors assurance est à fin août 2016 de 1,86 % su 25 ans, 1,57 % sur 20 ans et 1,34 % sur 15 ans. Accentué par ces taux très bas, le retour des investisseurs à la pierre est intensifié par la fluctuation des cours de la bourse et les possibles modifications sur l’assurance-vie.

Des taux bas pour faire des économies 

D’après Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi, les personnes qui contractent un emprunt immobilier actuellement ne souhaitent plus tellement acheter une maison plus grande ou plus chère. En effet, grâce à cette baisse du taux du prêt immobilier, elles peuvent également réaliser des économies. Elles en profitent donc pour raccourcir la durée de leur crédit ou à en diminuer le montant des mensualités.

Ainsi, chez le courtier Cafpi, le taux moyen d’un crédit immobilier tourne actuellement autour de 1,82 % sur 20 ans. En 2015, ce taux était encore à 2,26 % et était même à plus de 3 % en 2014. Cette diminution de taux permet donc de réaliser plus de 30 000 euros d’économie sur le coût du crédit. Par ailleurs, le montant du prêt peut augmenter de 20 % ou même davantage.

Le profil de l’emprunteur

L’âge moyen de la personne qui souscrit un credit immobilier tourne autour de 37 ans. Le revenu annuel du ménage est en moyenne de 54 297 euros, ce qui lui permet d’obtenir un emprunt immobilier (PTZ non compris) de 150 997 euros. La durée moyenne du crédit est de 18 ans et 12 mois. S’il s’agit d’un primo-accédant, son âge moyen est de 30 ans et il emprunte en moyenne 126 367 euros (hors PTZ) pour 21 ans environ. Le revenu moyen d’un ménage est dans ce cas de 34 401 euros.

Face à la baisse des taux : faut-il renégocier ou faire racheter son crédit immobilier ?

La baisse continue du taux de credit immobilier depuis le début de l’année 2016 profite largement aux primo-accédants et aux ménages qui souhaitent investir sur la longue durée. Cependant, les personnes qui possèdent un emprunt immobilier en cours ne sont pas perdantes dans cette situation. En effet, afin de réduire le coût de leur prêt immobilier ou encore le montant de leurs mensualités, il leur est possible d’envisager soit la renégociation soit le rachat de leur crédit.

La renégociation de crédit                                 

Quand le taux du credit immobilier baisse comme c’est le cas actuellement, la renégociation peut être la solution afin de profiter également de cette diminution de taux. Il s‘agit de demander à l’établissement prêteur de changer certaines conditions concernant son prêt immobilier. L’emprunteur peut ainsi solliciter une révision à la baisse du taux, une réduction du nombre de mensualités ou encore du montant de celles-ci.

Il faut savoir que plus la relation de l’emprunteur avec sa banque est meilleure, plus la renégociation a de chances d’aboutir. Renégocier n’est pourtant intéressant que si la différence entre le taux d’emprunt et le taux actuel est supérieur à 1 %. Par ailleurs, la durée restante de remboursement du prêt immobilier doit être importante. Les spécialistes estiment que la renégociation est bénéfique durant le premier tiers du crédit. Enfin, le capital restant dû doit tourner au minimum autour de 50 000 à 70 000 euros.

Le rachat de crédit     

La renégociation d’un credit immobilier auprès de sa banque peut toutefois ne pas aboutir sur un accord. Afin de bénéficier de conditions intéressantes, le rachat de crédit constitue une alternative. Concrètement, il s’agit de faire racheter par un autre établissement de crédit tous ses emprunts, y compris l’emprunt immobilier.

Appelé également regroupement de crédit, ce dispositif permet de n’avoir plus qu’un seul prêt en cours, avec une seule mensualité. Cette solution peut cependant faire perdre le bénéfice du taux de prêt immobilier réduit. En effet, il faudra payer des indemnités de remboursement anticipé (IRA) à l’ancien prêteur et également supporter des frais de dossier pour le nouveau crédit tout en souscrivant de nouvelles assurances.

Simulation de prêt immobilier : la meilleure façon d’obtenir un taux plus bas

Investir dans la pierre n’a jamais été aussi intéressant qu’en cette année 2016. En effet, le taux de l’emprunt immobilier n’a cessé de baisser en 9 mois. Si en mars 2016, la moyenne des taux toutes durées confondues était de 2,04 %, elle est descendue à 1,62 % en juin de la même année. Ces chiffres proviennent de l’Observatoire du financement CSA/ Crédit Logement. Cet organisme rappelle d’ailleurs qu’entre décembre 2011 et juin 2016, cette baisse correspond à une diminution de 22,5 % du prix de l’immobilier.

Des taux qui continuent de baisser à la rentrée

En règle générale, une hausse des taux du credit immobilier intervient pendant l’été. Cela n’a pourtant pas été le cas pour cette année 2016 où l’Observatoire CSA/Crédit Logement a enregistré une baisse de 0,05 à 0,10 % du taux moyen toutes durées confondues en juillet. Et cette diminution s’est poursuivie en août avec un taux hors assurances et frais annexes de 1,75 % sur 20 ans.

C’est la politique commerciale des banques qui explique cette chute des taux du prêt immobilier durant l’été.  En effet, a                fin d’atteindre leurs objectifs, elles ont mis en place des stratégies agressives pour attirer de nouveaux clients. L’octroi de crédit à des taux particulièrement bas fait partie de ces stratégies. L’emprunt immobilier devient ainsi un produit d’appel pour séduire une nouvelle clientèle et la fidéliser. Les banques comptent ensuite leur vendre leurs autres produits et services afin de rentrer dans leurs marges.

Simuler un crédit        

Dans cet environnement fortement concurrentiel, une personne qui souhaite investir dans la pierre a donc tout intérêt à effectuer une simulation de crédit immobilier. De cette façon, elle pourra trouver les meilleures offres se rapportant à son projet et ainsi choisir celle qui lui semble la plus intéressante.

Le fait de disposer d’un bon profil lui permet encore de négocier un taux plus favorable en sa faveur. De plus, si elle fait appel aux services d’un courtier dans le domaine de l’emprunt immobilier, ce spécialiste est en mesure de lui trouver des taux plus intéressant. Elle pourra ainsi faire de réelles économies.

Vers un essoufflement du taux des crédits immobiliers en octobre ?

Depuis le début de l’année 2016, les taux de credit immobilier n’ont jamais cessé de baisser, au grand bonheur des emprunteurs qui peuvent ainsi bénéficier d’un emprunt à moindre coût. En effet, le taux moyen pour une durée de 15 ans était fixé à 1,90 % en mai dernier. Aujourd’hui, il est possible d’emprunter pour une même période à un taux de moins de 1 % si la personne possède un bon dossier. Il s’agit bien entendu de taux brut auquel il faut ajouter des frais annexes comme les frais de décès, la caution ou encore l’assurance décès afin d’obtenir le coût réel de l’emprunt immobilier.  

Renégocier son crédit

De nombreux spécialistes dans le domaine du prêt immobilier recommandent aux personnes qui possèdent un emprunt en cours de s’adresser à l’établissement prêteur en vue d’une renégociation. En effet, au 4 octobre 2016, les dossiers classés excellent peuvent prétendre un taux de credit immobilier de 0,90 % sur 15 ans, de 1,08 % sur 20 ans, de 1,25 % sur 25 ans et de 1,93 % sur 30 ans.

Il faut donc s’assurer si toutes les conditions sont réunies avant de s’adresser à sa banque dans l’objectif de renégocier son taux d’emprunt immobilier. Car, selon les calculs d’un courtier de la place, une diminution de 0,10 % de ce taux peut amener un gain mensuel de 4,51 euros sur la mensualité hors assurances. La base de calcul est ici un crédit de 100 000 euros, le coût de l’emprunt va diminuer de 1 283,96 euros.

Une stabilisation en vue

Selon les estimations de quelques courtiers en prêt immobilier, il est probable que les taux vont encore baisser jusqu’à fin octobre. Cependant, ces spécialistes tablent ensuite sur leur stabilisation, voire même une légère hausse à l’approche des fêtes de fin d’année.

Par ailleurs, le taux d’inflation qui tourne autour de 0,20 % et le taux de croissance qui est évaluée entre 1,10 et 1,50 % pour l’année 2016 semblent augurer une hausse prochaine des taux de crédits immobiliers.

Baisse du taux des crédits immobiliers : les banques en profitent aussi

La plupart des établissements bancaires annoncent un recul du taux de l’emprunt immobilier pour cette rentrée 2016. En effet, les nouveaux barèmes affichés par ceux-ci montrent une baisse qui s’étale entre 0,10 et 0,40 %. Ainsi, un crédit immobilier sur une durée de 15 ans bénéficierait d’un taux moyen particulièrement intéressant de 1,30 % contre 1,60 % sur 20 ans et 2 % sur 25 ans. D’après Cécile Roquelaire, directrice de communication auprès d’une société de courtage en prêt immobilier, ces taux ont diminué de 0,80 % en l’espace de 8 mois seulement.

Des taux favorables aux emprunteurs … 

Selon toujours Cécile Roquelaire, cette baisse des taux de crédit immobilier est particulièrement favorable aux emprunteurs. Ceux-ci peuvent en effet bénéficier d’un abattement de plus de 30 % sur le montant de l’intérêt de leur emprunt immobilier. Le fait de comparer les nombreuses offres en la matière leur permet en outre de gagner encore des rabais, comme le souligne les courtiers. Il suffit quelquefois d’avoir un bon profil et d’une bonne capacité de négociation pour obtenir encore une diminution d’environ 0,60 % par rapport au taux affiché. D’après ces spécialistes, il est possible de réduire de 0,10 à 0,40 % le taux pour cette rentrée, selon le profil de l’emprunteur et l’établissement à qui il s’adresse.

Et aux banques en également

Il est clair que cette diminution permanente du taux d’intérêt du prêt immobilier est très favorable aux emprunteurs. Cependant, ils ne sont pas les seuls à sortir gagnants de la situation. En effet, les banques profitent également de cette baisse des taux pour séduire de nouveaux clients et les fidéliser par la même occasion. Cela leur donne l’opportunité d’atteindre leurs objectifs de production 2016 qui sont généralement en hausse de 15 à 30 % par rapport à 2015.

Par ailleurs, grâce à cette technique de séduction par les taux, les établissements bancaires espèrent fidéliser cette clientèle pour une longue durée. De cette façon, elles peuvent lui vendre ses autres produits comme les placements financiers, les assurances ou encore d’autres services.

 

Crédit immobilier : encore en baisse en septembre 2016

La rentrée s’annonce sous forme de baisse en ce qui concerne le crédit immobilier. D’après l’Observatoire du financement CSA/Crédit Logement, la moyenne des taux toutes durées confondues est descendue de 3,22 % à 1,55 % entre décembre 2011 et juillet 2016. Il faut préciser qu’il s’agit du taux moyen hors frais de garanties et assurances. A la fin du mois d’août, Maël Bernier, directrice de la communication du courtier Meilleurtaux.com annonce que trois banques ont déjà annoncé des baisses de leur taux.

Septembre encore marqué par la baisse 

Pour le mois de septembre, les taux continuent encore de baisser. En effet, Sandrine Allonier, directrice des relations banques chez le courtier Vousfinancercom, estime que le taux moyen sur 20 ans est descendu sous la barre de 1,70 % en septembre 2016. Ce taux était pourtant encore à 1,70 % à la fin du mois d’août.

A titre de comparaison, le taux moyen d’un emprunt immobilier hors coût des garanties et assurances sur 15 ans était à 3,45 % en août 2012. Le taux est ensuite descendu à 3,15 % en août 2013, puis 2,70 % en août 2014 et 2,35 % en août 2015. Finalement, en août 2016, l’emprunteur pourra souscrire un emprunt immobilier sur une durée de 15 ans avec seulement un taux de 1,50%. Et il en est de même pour les autres durées, qu’il s’agisse de 20 ans ou 25 ans.

Une guerre commerciale 

Cette diminution quasi-permanente des taux s’explique notamment par la guerre commerciale que se livrent les banques entre elles. Celles-ci se sont en effet fixé des objectifs ambitieux pour l’année 2016. Et comme il reste un trimestre pour les atteindre, elles mettent tout en œuvre pour attirer de nouveaux clients. Offrir un taux de crédit immobilier très bas constitue donc une arme efficace pour y parvenir. Et comme la durée moyenne d’un tel crédit tourne autour de 17,4 ans, la banque espère vendre ses autres produits au client au fil du temps.