Les taux de crédit immobilier bas favorisent le secteur de la construction

Le secteur de la construction a traversé une longue crise et se trouve maintenant en pleine convalescence. D’après les chiffres publiés par le ministère du Logement et de l’Habitat durable, la reprise se poursuit au mois d’août 2016 pour le secteur qui a été durement éprouvé. Ainsi, le second trimestre 2016 a enregistré une augmentation de 5 % du nombre de logements autorisés à la construction par rapport au premier trimestre de la même année. La baisse quasi-permanente du taux de credit immobilier constitue l’une des explications de cette embellie.

Un renforcement de la santé du secteur       

La Fédération Française du Bâtiment (FFB) constate que l’accélération de la reprise de l’activité dans le secteur de la construction continue depuis la fin de l’année 2015. Il semble donc que les mesures prises par le Président de la République produisent les effets attendus. En effet, les autorisations de mise de chantier se sont accrues de 6,6 % pour la période juin jusqu’à août 2016 par rapport à l’année précédente. En tout, il a été délivré 417 800 autorisations de mise de chantier en une année.

La même vitalité est observée en ce qui concerne la phase de commercialisation. Les indicateurs du Commissariat général au développement durable (CGDD) font état d’une certaine relance au 2ème trimestre 2016. Une hausse de 18,7 % est ainsi enregistrée sur les réservations par rapport aux chiffres de la même période en 2015.

Le crédit immobilier pour dynamiser le secteur

Souscrire un emprunt immobilier permet par conséquent de construire le logement de ses rêves, et ce, à un taux particulièrement avantageux. Il suffit pour cela de comparer les différentes offres en la matière et de s’adresser à l’établissement qui présente celle qui est la plus intéressante.

Il en est de même pour ceux qui souhaitent acheter un logement qui répond à leurs exigences. La vente de plus de 110 000 logements en un fera du bien à tous les acteurs du secteur. Rappelons que cela représente une hausse de 15,4 % comparé à 2015 ou encore de 24,2 % par rapport au 2ème trimestre 2015.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *